Carnet de bord 18 – 52

Un mois sans écrire ! Où sont mes bonnes résolutions de septembre ? J’ai quand même quelques explications : je suis tombée malade en décembre, c’était Noël et surtout j’ai eu un art block.

Art block : pourquoi ?

Rien de nouveau : je me suis mise une bonne grosse pression toute seule. Je suis incorrigible, je voudrais être capable de tout faire sans prendre le temps d’apprendre. C’est comme un cycle : j’apprends quelque chose de nouveau, j’ai quelques réussites qui me montent à la tête, je pense maîtriser la technique jusqu’à ce que je rende compte qu’en fait non. Et paf, ça fait un art block.

Combattre un art block

La règle d’or c’est de ne pas abandonner. Dans les passé, j’ai abandonné le dessin plusieurs fois à cause de ça. Je pouvais mettre des mois, voire des années, à revenir (et pourtant j’y reviens toujours). Autant de temps perdu ! Encore aujourd’hui, même si j’arrive à éviter ce premier piège, il me faut un certain temps pour reconstruire ma confiance en moi.

Cette fois-ci j’ai testé trois trucs différents pour faire passer mon art block :

  • Changer de carnet. Bye bye les dessins qui m’ont pris la tête ! Je suis repartie du bon pied sur des pages vierges, et ça fait du bien. En fait je ne l’ai pas vraiment décidé, j’avais juste terminé mon carnet n°9, mais ça tombait vraiment bien, je conseille cette astuce.
  • Arrêter ce qui me stresse le plus : les illustrations. Je galère vraiment à trouver des idées, c’est ma bête noire. Il faut que je le travaille pour m’améliorer, mais je ne veux pas non plus me mettre la pression. Dans un premier temps j’ai préféré continuer à dessiner des choses fun.
  • Apprendre quelque chose de différent. Dans mon carnet précédent, je n’ai quasiment dessiné qu’au crayon. Toutes les pages sont grises et un peu tristes, ça manque vraiment de peps. Pour mon dixième carnet j’ai sorti la gouache ! La couleur et la lumières sont deux choses très compliquées à comprendre et à reproduire, mais parce que c’était un médium différent, c’était super fun de jouer avec et de le “dompter”.
Le genre de choses que je dessine quand je bloque

Finalement je me rends compte qu’un art block n’arrive pas quand je fais quelque chose de difficile, mais quand je prends mon carnet en me disant “pfff je ne dessine rien de bien” ou “tout ce que je vais faire sera pourri”. Quand je ne suis plus capable de voir des choses positive dans mon dessin, je m’impose toute seule un obstacle insurmontable, c’est hyper frustrant. Et ça me laisse perdue et perplexe.

Mais la règle d’argent des art block c’est qu’ils finissent par s’en aller. Et ils disparaissent d’autant plus vite si on a pas abandonné en cours de route !

J’espère que cette nouvelle année sera lumineuse et pleine de couleurs.

Et qu’il n’y aura pas trop d’art bock…